Anxiété sociale

Phobie sociale, un défi à long terme

phobie sociale Posted On
Posted By Alex Perez

Guest post de Mark Benson, éditeur du www.phobiasupportforum.co.uk

Traduit par Alex Pérez

Les problèmes de phobie de Mark sont apparus au milieu de la trentaine, ce qui est probablement un peu plus tard dans sa vie comparé à la personne moyenne atteinte de phobie.

Selon lui, il est difficile de dire comment et quand ses phobies se sont estompées, mais il s’agissait très certainement d’un mélange de techniques respiratoires, de l’aide du thérapeute et surtout du soutien de sa famille.

Mark a créé le Phobia Support Forum pour fournir aux personnes souffrant de phobie et d’anxiété un centre de soutien et d’éducation.


Malheureusement, beaucoup de ceux qui souffrent de phobie sociale sont mal compris. Des commentaires tels que la timidité, le manque de confiance, la paresse et d’autres descriptions inutiles ont tendance à suivre. En réalité, ces commentaires ont tendance à provenir d’individus qui ne comprennent pas la phobie sociale et la décimation qu’elle peut avoir sur la confiance d’un individu, sans parler de la qualité de vie. Nous allons maintenant jeter un oeil à certaines des diverses questions à considérer lors de l’étude de la phobie sociale.

Phobie sociale (également connue sous le nom d’anxiété sociale)

La façon la plus simple de décrire la phobie sociale est: –

«Une peur prolongée et intense des situations sociales.»

Pour ceux qui souffrent de phobie sociale, cela ramènera à la maison la douleur de la maladie et l’impact réel qu’elle peut avoir sur leur qualité de vie.

Signes de phobie sociale

signes de phobie sociale

Premièrement, avant d’examiner les signes individuels de la phobie sociale, il convient de souligner la différence entre la nervosité et une phobie. Une phobie se rapporte à une réaction physique et souvent mentale forte à une menace perçue mais irréelle. Pour de nombreuses victimes, le problème est exacerbé car elles ne peuvent pas mettre le doigt sur ce qui les préoccupe, mais elles savent qu’elles sont préoccupées par quelque chose (cela vous semble familier?). Certains des signes les plus courants incluent: –

Préoccupations concernant les interactions quotidiennes

Qu’il s’agisse de parler au téléphone, de tomber sur des amis et de la famille dans un supermarché ou peut-être d’assister à des réunions de groupe au travail, tout cela angoissera et fera peur à une victime de phobie sociale.

Excessivement conscient des autres autour d’eux

Alors que beaucoup d’entre nous mangeront naturellement devant les autres et n’auront aucun problème, certaines personnes souffrant de phobie sociale trouvent cela impossible. Ils éviteront souvent les conversations de groupe, les réunions de groupe et les actions quotidiennes telles que manger devant les autres, qui constitue un défi que beaucoup ne peuvent tout simplement pas relever.

Peur de se ridiculiser

Nous entendons régulièrement parler de personnes souffrant de phobies sociales qui ont constamment peur de se ridiculiser en public. Cela peut entraîner des rougeurs, une transpiration excessive et une incapacité à penser correctement. L’impact sur la confiance d’une personne peut être extrême!

Peur d’être critiqué

L’interaction entre ceux qui participent à une réunion est normale, où différents points de vue doivent être discutés et, à l’occasion, les opinions des individus critiqués / contestés. Ce type de critique est normal, il est sain, mais pour ceux qui souffrent de phobie sociale, il peut s’avérer impossible d’y faire face.

Peur de prendre la parole

Avez-vous déjà fait partie d’un groupe de personnes discutant d’un sujet particulier dans lequel vous avez un intérêt et une expertise solides? Combien de fois avez-vous quitté une telle réunion en vous sentant frustré de ne pas avoir posé la question qui vous aurait mis sous une lumière très positive? La peur de parler, de la moquerie ou d’être critiqué, en combinaison avec l’incapacité de relativiser, peut être frustrante et difficile mentalement / physiquement.

Crises de panique

Malheureusement, les attaques de panique sont très étroitement liées aux phobies sociales, où les niveaux d’anxiété atteignent des niveaux inconfortables. Cela peut entraîner des palpitations cardiaques, une transpiration excessive, des difficultés à respirer, des maux de tête, des étourdissements et une ultime sensation d’être malade. Beaucoup de ceux qui souffrent d’attaques de panique quitteront la pièce à la recherche de leur «zone de sécurité» où ils se sentiront à l’aise et ils pourront commencer à se déstresser.

Ce ne sont là que quelques signes courants concernant la phobie sociale (anxiété sociale), qui peuvent sembler relativement inoffensifs pour beaucoup, mais pour ceux qui en souffrent, ils peuvent être horribles.

Lutter contre la phobie sociale

lutter contre la phobie sociale

Si vous considérez la phobie sociale comme un problème, il est énorme et il est peu probable que vous puissiez résoudre tous vos problèmes en une seule fois. En effet, si nous utilisons l’analogie d’un grand dîner, vous ne vous contentez pas de dévorer tout votre dîner en une seule fois; vous le mangez petit à petit. Donc, ce qui a pu ressembler à un énorme dîner que vous ne pourriez jamais manger est soudainement décomposé en diverses portions plus petites, que vous pouvez mâcher, déguster et, finalement, digérer.

Nous avons donc rassemblé certains de ces conseils simples mais extrêmement efficaces pour ceux qui luttent contre la phobie sociale.

Comprendre votre phobie

Beaucoup de gens trouvent utile d’écrire un résumé de leurs défis de phobie sociale, de l’environnement, de l’emplacement, de ce qui s’est passé et de la façon dont ils ont réussi à faire face / à s’échapper. Avec le recul, cela peut mettre en évidence des modèles et peut-être des situations individuelles dans lesquelles vous vous sentez plus compromis et exposé. Une fois que vous avez compris les moindres détails de votre problème, vous pouvez alors commencer à le démonter pièce par pièce.

Techniques de relaxation

Le principal problème pour de nombreuses personnes souffrant de phobies sociales est qu’une fois qu’elles ont le sentiment que leur phobie sociale est maîtrisée, il est très difficile de l’inverser. Lorsque vous êtes conscient, votre phobie entre en jeu; cela peut conduire à une transpiration excessive, augmentant ainsi votre anxiété, vos maux de tête, augmentant votre inquiétude et finalement créant un environnement plus anxieux – un cercle vicieux.

Dans ces scénarios, une fois que vous sentez votre phobie apparaître, pourquoi ne pas prendre cinq minutes? Si possible, inventez juste une excuse et quittez la pièce pendant quelques instants pendant que vous vous recomposez. Alternativement, déplacez-vous vers une partie plus fraîche et plus aérée de la pièce (peut-être à côté de la fenêtre), qui n’est peut-être pas aussi occupée et respirez profondément.

Une fois que vous commencez à contrôler votre respiration, vous commencez à prendre davantage le contrôle de la situation, ce qui peut vous permettre de prendre en charge votre phobie. Cela peut prendre du temps, certaines techniques fonctionnent pour certains et pas pour d’autres; mais il existe de nombreuses techniques de relaxation différentes que vous devriez étudier.

Éléments difficiles de votre phobie

Supposons que votre phobie sociale provoque des maux de tête, du bégaiement, de la transpiration et peut-être que vous avez du mal à faire passer vos mots. Maintenant, si vous êtes pleinement conscient de ces différents éléments, il vaut la peine de se concentrer sur un à la fois.

Ralentissez votre respiration, sentez-vous relaxer et votre niveau d’anxiété diminuera. Parlez plus lentement, en évitant le bégaiement, concentrez-vous sur une personne dans la pièce plutôt que sur tout le monde et «parlez-leur». Face à chaque élément de votre phobie, vous allez briser le mur brique par brique, puis soudain, le mur s’effondrera. Vous avez repris le contrôle!

Encourager la pensée rationnelle

Bien qu’il existe de nombreux éléments d’une phobie sociale, celui qui semble être mentionné à de nombreuses reprises est la préoccupation que les gens parlent de vous. Cependant, jetez un œil rationnel à cette pensée et réfléchissez-y. Pourquoi les gens parleraient-ils de vous? Pourquoi seraient-ils intéressés par vous? Si vous ne pouvez pas les entendre parler de vous, alors pourquoi l’assumer?

Ce type de pensée rationnelle vous permet de reprendre le contrôle de votre réponse mentale à la phobie sociale et de mettre les choses en perspective. En effet, vous «recâblez votre cerveau» pour être plus rationnel, plus réaliste et ne pas assumer le pire.

Prendre le contrôle physique et mental

Ceux qui souffrent de phobie sociale ont souvent l’impression d’avoir perdu le contrôle physique et mental de leur corps, un sentiment qui est souvent provoqué par une anxiété accrue. L’un des principaux problèmes peut être le stress lié à l’inquiétude ou l’angoisse dans les jours précédant une réunion au travail ou toute autre occasion qui ravive vos problèmes de phobie sociale.

Normalement, si votre niveau d’anxiété devait commencer à «normal» le matin de l’événement, alors vous auriez un écart énorme entre ce niveau relativement bas et l’endroit où votre anxiété prend le dessus, et vous perdez le contrôle. Cependant, supposons que vous ayez eu une nuit blanche avant l’événement et que vous vous réveilliez avec des niveaux d’anxiété beaucoup plus élevés que la normale.

En conséquence, il ne faudrait pas beaucoup d’anxiété supplémentaire pour pousser vos niveaux au point de danger et ainsi subir une attaque de phobie sociale à part entière. Donc, le sommeil, la relaxation, la pensée positive et littéralement faire autre chose feront une énorme différence avant un événement. Beaucoup de gens croient que le sommeil est à l’origine de nombreuses phobies différentes, car sans lui, nos niveaux d’anxiété naturellement bas sont augmentés, réduisant ainsi votre tampon de sécurité jusqu`à frôler les «niveaux dangereux».

Résumé

La majorité des gens auront connu au moins l’un des signes de phobie sociale ci-dessus, mais ceux qui ont reconnu de nombreux signes souffrent probablement d’une sorte de phobie sociale. La relaxation est la clé, reprendre le contrôle est important; le simple fait de réduire l’anxiété aura un impact énorme sur les symptômes / signes. Si vous êtes capable de vous pousser à participer à des événements sociaux que vous auriez normalement ignorés, votre esprit et votre corps deviendront bientôt plus habitués. Finalement, vous inculquerez une réaction naturelle dans votre corps qui peut, à l’occasion, surmonter l’impact de votre phobie sociale.

Cela prendra du temps, beaucoup de travail et il y aura des hauts et des bas. Cela ne fait aucun doute, mais vous pouvez apprendre à vivre avec une phobie sociale tout en profitant d’une vie sociale.


Contenu bonus par Alex Perez: Feuille de travail sur les compétences sociales


Grâce à notre technologie moderne, nous pouvons toujours nous reprogrammer et améliorer nos compétences sociales. Travailler sur nos compétences sociales peut améliorer notre capacité à établir des relations avec les autres, à diminuer nos angoisses sociales et à passer moins de temps dans l’isolement. Cela peut améliorer notre santé mentale et notre bien-être général. La première étape pour travailler sur nos compétences sociales est de réfléchir sur nos forces et nos faiblesses. Utilisez la feuille de travail ci-dessous pour réfléchir consciemment, reconnaître et améliorer les compétences sociales positives.


Faites le test d’anxiété sociale

Related Post

leave a Comment

3 + 9 =

The content of this page is protected by the Digital Millennium Copyright Act (DMCA) © A.Perez OÜ 2020