Vie heureuse

Comment vivre avec un trouble de la personnalité limite?

trouble de la personnalité limite Posted On
Posted By Alex Perez

Pour répondre à cette question, nous devons nous poser les questions suivantes: Qu’est-ce qu’un trouble de la personnalité limite (TPL) en premier lieu? Et, avez-vous un trouble de la personnalité limite?

Qu’est-ce qu’un trouble de la personnalité limite?

Commençons par répondre à la première question. Ce trouble ou ce déséquilibre des émotions ou des sentiments est caractérisé par une pensée en noir et blanc qui vous donne l’impression que même vous ne vous connaissez pas.

Ces émotions instables entraînent souvent un comportement colérique et impulsif. Le sentiment d’être hors de contrôle s’accompagne d’un stress considérable.

Cette situation est souvent liée à l’anxiété, à la dépression, à l’alcoolisme et à la toxicomanie.

La société a du mal à faire face à ce trouble, principalement parce qu’elle ne comprend pas ce qui arrive à la personne affectée par ce trouble sur le plan émotionnel.

Les personnes souffrant de ce trouble ont des difficultés à observer un comportement social normal, comme la construction et la préservation de relations durables avec les autres.

Les sujets éprouvent souvent de l’isolement, de la solitude et des pensées suicidaires à long terme.

Généralement, le trouble de la personnalité limite s’accompagne d’autres problèmes de santé mentale qui ont chacun leurs symptômes. Soyez conscient de cela!

Avez-vous un trouble de la personnalité limite?


Si vous vous reconnaissez dans la description, alors il y a de fortes chances que vous ayez un trouble de la personnalité limite, également connu sous le nom de trouble de la personnalité borderline ou TPB.

Ne vous inquiétez pas; il y a aussi de bonnes nouvelles. Il existe des moyens de contrôler ce trouble, la moitié des personnes qui ont pris conscience de leur état et qui ont décidé de faire quelque chose à cet égard ont éprouvé des résultats durables.

Vivre avec un trouble de la personnalité limite

trouble de la personnalité limite
Saviez-vous que 75% des personnes qui souffrent d’un trouble de la personnalité limite sont des femmes

Tout d’abord, apprenez à être conciliant avec vous-même, à accepter et à embrasser qui vous êtes. Ne vous fâchez pas si les choses ne se passent pas comme vous le souhaitez, ou si vous avez du mal à comprendre et à gérer vos émotions. Cette mauvaise attitude ne se traduira qu’en colère et anxiété, entraînant des pensées dépressives. Ce processus est un cercle vicieux.

En cas de problème, il faut être assez fort pour pouvoir se dire que ce n’est pas grave. Vous commencez par mettre les choses en perspective. Quoi qu’il arrive, il y a toujours pire dans la vie. Donc, vous vous donnez un peu de temps et vous vous demandez pourquoi cela s’est mal passé.

Ensuite, vous analysez comment vous vous sentez à ce sujet, essayez d’exprimer vos émotions. Enfin, vous pensez à ce que vous pourriez faire pour vous sentir mieux. La réponse à cette question est déjà un pas dans la bonne direction car vous montrerez un comportement emphatique et constructif. Avant de vous en rendre compte, vous pourrez être proactif et avoir une longueur d’avance.

Comme vous saurez ce que vous voulez, vous pourrez commencer vos efforts pour pouvoir répondre à vos besoins et désirs, et de bonnes choses commenceront à se produire au lieu de mauvaises.

Vous devez également arrêter de réagir de manière excessive. Ce changement d’attitude entre dans l’esprit de ce que j’ai expliqué précédemment. Une réaction excessive ne vous fera que retomber dans la façon de penser en noir et blanc et dans vos anciennes habitudes de prendre de mauvaises décisions et  cela entraînera un comportement destructeur. Vous finirez par regretter ce que vous avez fait, vous vous sentirez désolé et vous replongerez dans la spirale descendante.

Au lieu de cela, trouvez quelque chose que vous aimez et commencez à avoir un objectif dans votre vie. Retournez à l’école, trouvez-vous un passe-temps ou faites un service communautaire. Cette attitude positive est l’opposé d’un comportement autodestructeur. Vous atteindrez des objectifs. Soyez fier de vous et commencez à augmenter votre estime de soi, ce qui vous donnera un profond sentiment d’épanouissement.

Pendant ce processus, vous n’êtes pas autorisé à consommer de drogues ou d’alcool. Je le répète, c’est fortement interdit! Les drogues et l’alcool ne vous donneront qu’un faux sentiment de soulagement. Ils réduiront vos capacités d’autorégulation, augmentant considérablement vos chances de prendre de mauvaises décisions et de finir par avoir des ennuis. Il est également scientifiquement prouvé que le lendemain de la consommation de marihuana ou d’alcool, vous avez des niveaux beaucoup plus élevés de cortisol dans votre corps, qui est communément appelé l’hormone du stress.

Ce niveau élevé de cortisol n’est pas ce que vous recherchez.


Évitez également tous les types de boissons contenant de la caféine, car cela augmente également votre niveau d’anxiété. Alors ne buvez pas de café, de Coca-Cola, de Red Bull ou de thé. La caféine augmente d’avantage vos niveaux de cortisol.

Buvez beaucoup d’eau à la place. Essayez de boire deux litres d’eau chaque jour. Vous ressentirez rapidement des effets positifs car l’eau réduira l’anxiété et vous gardera hydraté lorsque vous subirez un stress intense.

Concentrez-vous sur des aliments sains non industriels comme le poisson, le poulet, la dinde, les noix, les bananes, l’ananas, le fromage, les lentilles ou les épinards (cette liste est beaucoup plus longue). Tous ces aliments sains augmenteront les niveaux de sérotonine dans votre corps, qui est l’hormone de la joie.

Évitez tous les repas préparés et les fast-food comme la pizza, les hamburgers, les collations, les bonbons, etc. Tous ces fast-foods augmentent votre taux de cortisol, ce qui vous fera vous sentir stressé et déprimé. Quant au sucre raffiné, il est connu pour stresser vos glandes surrénales, qui régulent ..? Oui, votre taux de cortisol.

Petit plus que je mentionne afin que vous ne puissiez pas vous mentir en prétendant que vous ne le saviez pas : ne vous auto-médicamentez pas ! Ne prenez des cachets que si votre psy vous l’a prescrit. L’automédication vous expose au risque de devenir dépendant.

Une fois tout cela réglé, vous devez vous concentrer sur les aspects sociaux de votre vie. Après tout, les humains sont des créatures sociales. Expliquez simplement aux gens ce que vous vivez et laissez-les entrer dans votre vie. Vous serez étonné de voir à quel point les gens peuvent être ouverts si vous faites le premier pas vers eux. Si vous ne l’avez pas fait récemment, prenez votre téléphone ou sautez dans votre voiture et rendez visite à votre famille ou à des amis.

À ce stade, vous aurez déjà atteint une certaine stabilité. Maintenant, nous devons en faire un aspect constant de votre vie. Pour ce faire, vous installerez une routine. Organisez-vous, planifiez votre journée et concentrez-vous sur deux ou trois choses que vous faites chaque jour à la même heure. Par exemple, réveillez-vous tous les jours à la même heure, allez acheter le journal et lisez-le pendant une heure chaque jour ou promenez-vous avec votre chien dans le parc tous les matins ou visitez votre grand-mère tous les jours pendant une demi-heure. Cette routine vous donnera une sensation de contrôle retrouvée, augmentant votre sentiment de stabilité et de confiance.

Nous arrivons maintenant à un point crucial que vous ne pouvez pas ignorer. Commencez à faire de l’exercice. Oui, je sais, vous devez faire du sport. Vous pouvez choisir quel type d’exercice. Chaque type d’activité physique aura un effet significatif sur vous, allez nager, courir, faire du vélo ou rejoignez un club de boxe. Vous choisissez. Vous commencerez à stimuler la production d’endorphines, cette hormone améliore votre humeur et éloigne l’anxiété et la dépression. N’est-ce pas tout ce dont vous avez besoin? En plus de cela, maintenant que vous avez arrêté la malbouffe et que vous mangez sainement, vous perdrez sûrement du poids et grâce aux sports, vous tonifierez également votre corps. Vous allez voir, c’est un vrai booster d’estime de soi!

Nous avons déjà parcouru un long chemin maintenant. À ce stade, vous vivrez parfois des moments de rechute émotionnelle, ce qui est normal. N’oubliez pas, la pensée positive et l’auto-dialogue constructif. Lorsque cela se produit, vous devez prendre autant de temps que nécessaire. Isolez-vous un peu, lisez un livre, promenez-vous, méditez ou écoutez de la musique. Vous vous sentirez bien mieux après.

Le dernier point est essentiel, vous devez rester concentré et vous donner du temps pour que ces changements affectent positivement votre vie. Ne vous voyez pas comme malade ou un être différent; voyez-vous comme sensible et passionné, et embrassez vos particularités. Avant que vous le sachiez, les aspects négatifs se calmeront.

Malheureusement, cette condition ne peut pas (encore) être traitée, vous ne serez donc pas guéri. Ce que nous pouvons réaliser, c’est que les symptômes ne se manifesteront presque plus et que vous pourrez avoir ce que nous appelons communément une vie normale. Cette amélioration signifie que vous serez en mesure d’occuper un emploi et d’avoir des relations interpersonnelles durables. Si ce n’est pas une bonne nouvelle!

Mais vous devez être honnête avec vous-même. Il n’y a pas deux personnes pareilles. Si vous ne constatez aucune amélioration au fil du temps, vous devrez faire appel à un professionnel et suivre un traitement psychothérapique à long terme pour progresser.

J’espère que ces quelques lignes vous ont donné une certaine perspective et vous permettront de faire vos premiers pas vers la stabilité émotionnelle.

Si vous pensez avoir besoin d’un thérapeute en ce moment, lisez l’article suivant sur comment trouver un bon psychologue en ligne.

Si vous désirez parler à quelqu’un prenez contact avec l’Association AAPEL.

Related Post

leave a Comment

un + dix-huit =

The content of this page is protected by the Digital Millennium Copyright Act (DMCA) © A.Perez OÜ 2020